> Association Nationale des Enseignants
et Partenaires Culturels
des Classes Cinéma et Audiovisuel
 
Commandes d'anciens numéros
° Remplir le formulaire PDF et l'adresser : Genevève Merlin

Attention, les numéros 7, 10 et 12

sont épuisés.
° Téléchargement du numéro 7

° Téléchargement du numéro 10
° Téléchargement du numero 12

 
Suppléments aux revues

Revue 17 :
"La vente aux enchères" (articlede la revue modifié) Isabelle Breuil
"Détail sur le deuxièmes acte" Isabelle Breuil

Revue 16 :
L'université d'automne ou l'école du regard.
La question des représentations du réel à l'écran
Suite de l’article paru dans Le Cahier des Ailes du désir n° 16
.

Revue 15 :
° 2046 : captures d’écran de la première image de chacun des 55 plans du chapitre 5 de 2046, analysé dans le numéro 15 des Cahiers sur Wong Kar Waï.

Revue 11:
° Close-up : découpage en séquences
 

La publication de l'association ANEPCCAV :
Cahier des Ailes du Désir

L’association nationale des enseignants et partenaires culturels des classes cinéma et audiovisuel (ANEPCCAV) est née le 13 janvier 1992.

Pour souligner la portée de ses objectifs (promotion et défense de l’enseignement du cinéma et de l’audiovisuel à l’école, recherche pédagogique) elle s’est dotée d’un nom symbolique : «Ailes du désir».
Alors qu’en France se mettait en place la rénovation des lycées, elle a voulu consolider un enseignement original, voire - dans le cadre du service public - unique sur la planète. Elle reconnaît à l’enseignement du Septième Art la capacité d’amener un nombre croissant de lycéens à s’intégrer au milieu scolaire et la faculté de leur ouvrir le champ de la culturedu vingt-et-unième siècle.
L’ A N E P C C AV - Ailes du désir organise des rencontres dans les régions et à Paris où les lycéens confrontent leurs réalisations et découvrent des œuvres majeures du cinéma. En avril 1995 s’est ainsi tenu, à la Vidéothèque de Paris, le 2ème festivalrégional de la jeune création lycéenne.

 

En mars 1999, la Fête des dix ans de l’enseignement partenarial a rassemblé 350 participants venus de toute la France, sous le parrainage de Catherine Trautmann et de Claude Allègre. Débats, échanges, visionnements de trésors de la Cinémathèque, de réalisations des élèves ont permis d’alimenter notre passion commune.
Un numéro spécial (Sept) a été consacré à Bertrand Tavernier, présent à la manifestation.
L’ANEPCCAV - Ailes du désir a publié en 1994 une revue dont les numéros 2 et 3 sont parus en 1995, les numéros 4 et 5 en décembre 1996 et 1997, le numéro 6 en 1998. Avec ses études de fond, le Cahier des ailes du désir a l’ambition de montrer que la connaissance des films (et non pas de «L’image» seule) est essentielle pour des démarches pédagogiques modernes qui ne soient ni instrumentales, ni confinées à la seule préparation de l’examen, ni détournées vers les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Le Cahier des ailes du désir n’est pas le bulletin interne d’une association, c’est une revue de culture attentive à la création.
L’ANEPCCAV - Ailes du désir rappelle qu’elle a demandé que le développement des nouvelles technologies soit accompagné de réglementations qui, pour les œuvres, garantissent l’exception culturelle et la reconnaissance du droit des auteurs selon les termes de la Convention de Berne (1888) revue à Berlin (1908) pour y inclure le cinéma. Elle s’inquiète donc du malentendu qui perdure entre les ayants droit et des enseignants soucieux de former les futurs spectateurs. Elle souhaite que les questions en suspens de l’accès aux films et des droits audiovisuels soient traitées. L’association souhaite aussi que le statut du cinéma non-commercial soit, dans l’esprit de ses principes fondateurs, protégé et élargi. Qu’un domaine scolaire et universitaire soit reconnu en France. Qu’il soit autorisé à puiser, selon des modalités raisonnables, dans la production commerciale comme dans le secteur non-commercial.
Pour que, dans l’enseignement, la place de l’art soit reconnue et celle du Septième Art consolidée, les élèves doivent avoir la possibilité d’expérimenter les outils nouveaux et tous les films doivent leur être accessibles comme aux étudiants et aux chercheurs. L’amour de l’art et du cinéma se perpétuera par la rencontre magique avec les œuvres (quel qu’en soit le support) et par la découverte des films en leur état originel.

 


1


9


19


20

21

22

23